Avant que le 11 mai n'arrive et que le début du déconfinement ne commence, nous sommes allés prendre des nouvelles de Samba Balayera, arrière originaire de la région parisienne, arrivé au CBC cet hiver.

Arrivé au CBC à la mi-janvier, Samba Balayera a joué sept matchs sous les couleurs cébécistes avant que n'apparaisse le confinement le 17 mars. Il a alors pris la route de la région parisienne pour passer cette période très spéciale avec ses parents.

Pour entretenir sa ligne et être prêt à reprendre l'entraînement collectif quand les conditions sanitaires le permettront, Samba file régulièrement faire un footing et profite des altères à disposition à domicile, pour faire du renforcement musculaire.

En dehors des activités physiques, Samba consacre une bonne partie de ses journées à regarder des films et des séries, et à lire aussi, un peu. « Comme beaucoup, c'est vrai que je regarde dvantage de séries que d'habitude, explique-t-il. J’ai pu regarder Vikings, Validé et bien évidemment là dernière saison de Casa de Papel. »

« On doit tous prendre notre mal en patience. »
 
Bien qu'assurant avoir toujours eu un côté casanier, être au contact de ses proches est ce qui lui manque le plus pendant ce confinement. Quant à savoir avec quel joueur du groupe il préférerait s'il avait eu à passer le confinement avec un membre de l'équipe, il choisit William Pfister. « Honnêtement, je n'ai pas de préférence. Je m’entends avec tout les gars. Mais si je dois obligatoirement en choisir un, ça serait William car c’est celui que j’ai le plus fréquenté ».

Comme le reste des joueurs de l'équipe, il a parfaitement accepté la décision de la Fédération de mettre fin à la saison quand le confinement est apparu comme inévitable. « C’est dur, ça fait mal d’arrêter si brutalement mais la santé passe avant tout et c’est le sacrifice à faire. On doit tous prendre notre mal en patience. »

Enfin, au moment de regarder dans le rétroviseur et de ressortir un bon moment de la saison, Samba n'hésite pas trop : « Ma signature au club ! Le basket me manquait énormément à cette période. Cela faisait un bout de temps que j’attendais une opportunité, et elle est venue de Caen ! »