"Le CBC est reconnu dans le milieu", Ph. Da Silva

Après deux saisons au Caen Basket Calvados et tant d'autres ailleurs, Philippe Da Silva met un terme à sa carrière professionnelle en tant que joueur à 36 ans. Forcément le moment de faire un petit bilan.
 
Peux-tu nous rappeler quand et comment tu es arrivé au CBC ?
Il y a deux ans, je suis arrivé au CBC qui jouait en Nationale 2 alors que pendant de longues années, j'ai joué en PROA et en PROB. Mais lors de ma dernière année à Rouen (PROB), j'entendais parler du projet du CBC !
J'ai commencé à m'y intéresser en regardant attentivement les résultats du club. Je voulais privilégier à mon âge, un projet ambitieux où je puisse amener mon expérience tout en conciliant ma vie familiale. En plus, j'avais eu Camille, Ian et Hervé au téléphone à plusieurs reprises. Ils se sont montrés très persuasifs quant au projet de l'équipe et du club.

Quel image garderas-tu du CBC, toi qui a connu de nombreux clubs ?
Le CBC restera un club important. C'est celui avec lequel j'ai gagné mon dernier trophée et validé deux années exceptionnelles au niveau sportif. J'ai aussi vécu et partagé de superbes moments avec les supporters et tous les gens qui soutiennent le club ! J'ai encore cette image quand je suis sur la table de marque en fêtant notre montée en Nationale 1 (mai 2015). Tellement content d'avoir rendu des gens heureux qui ont attendu ce moment là depuis des années !

Quel a été le meilleur moment sur le parquet ?
Les playoffs de la montée bien sûr, car il y avait une énorme pression par rapport au projet et son évolution, mais aussi par rapport à ce qui c'était produit l'année précédente. 

"Le "vieux" avait encore de "la caisse""

Comment te sens-tu aujourd'hui à 36 ans ?
Physiquement, je vais très bien ! Mes amis , mes adversaires qui me connaissent étaient vraiment surpris de voir que le "vieux" avait encore de "la caisse" ! Lol ! Je le dois surtout à ma fraîcheur mentale, à la confiance que Hervé (coach) avait en moi et au rôle que j'avais dans l'équipe. Je ne voulais décevoir personne, donc je ne m'économisais jamais et en plus je suis trop compétiteur dans tout ce que je fais !

Peux-tu nous parler un peu de ton avenir, toi qui a décidé de mettre un terme à ta carrière de joueur ?
J'avais la volonté de rester dans le milieu.  Après ma famille, le basket est toute ma vie. Je suis un grand passionné et je voulais transmettre mon expérience à d'autres joueurs. Donc c'est tout naturellement que je vais m'orienter dans le coaching et le management d'une équipe ! Je vais pouvoir me faire ma propre expérience de coach avec l'objectif d'aller le plus haut possible, de la même manière que quand j'étais joueur. Sky is the limit !

"Je me souviens de la noix de coco !"

T'as bien une petite anecdote à nous raconter sur la vie du groupe...
Waou, il y en a tellement, surtout l'année où il y avait Raphaël Giaimo ! Je dirais notre séjour en Guadeloupe, et le moment où Raphaël essaie de décrocher une noix de coco ! Il avait alors touché un touriste qui se trouvait là... 
C'est vrai que tous ces moments contribuent à la bonne vie du groupe et si on a eu ces résultats, c'est grâce à des gars comme lui !
Mes coéquipiers sont les personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps, donc il est important d'avoir une grosse cohésion même si des joueurs ont des affinités plus ou moins avec d'autres.

As-tu vu le club évolué ces deux dernières années ?
Bien sûr qu'il a évolué et dans beaucoup de domaines ! Les déplacements et les conditions qui étaient déjà très bonnes l'année dernière, mais qui demande un autre investissement par rapport à la Nationale 1, étaient meilleures encore cette saison. L'engouement des gens autours du CBC que ce soit au niveau des supporters et des partenaires dans la ville grandit. 
Et surtout, la reconnaissance dans le milieu, d'un club ambitieux et très bien structuré qui sait où il veut aller !

"L'ambiance au palais est surréaliste"

Que retiendras-tu de l'ambiance au Palais des sports?
L'ambiance au palais est surréaliste par rapport à la division dans laquelle l'équipe évolue ! J'espère qu'il y aura une prise de conscience de la part des collectivités que le palais est trop petit pour le club et qu'à un moment, il sera difficile de faire évoluer le CBC s'il n'y a pas de nouvelles structures. Mais attention, il faudra garder cette ambiance et cette âme qui font le charme du palais des sports !

Le mot de la fin est pour toi...
Je remercie tout les gens que j'ai pu croiser, avec qui j'ai pu discuter et partager !
J'ai toujours été moi-même en tant que professionnel, en tant que personne et je sais que des fois, mon caractère peut choquer. Mais j'ai toujours, toujours agi pour le bien du club, pour le bien être de l'équipe en m'oubliant des fois. Je suis comme ça , j'aime donner !
Je souhaite le meilleur au CBC et que l'on puisse le retrouver là où il mérite d'être !